Le titre résume plutôt pas mal cet article (maligne la nana). Si t'es pas d'humeur guimauve-coeur-paillettes, ferme cette page.

On est un peu plus nombreux chaque semaine sur la page Facebook et toujours plus de lecteurs chaque mois. Au-delà des statistiques que je vais actualiser toutes les deux minutes et demi pour voir si ce que j'ai écris vous plait, ce sont nos échanges que j'apprécie davantage (il est toujours temps de partir).

Petit à petit, j'ai appris à vous connaître, soit par vos blogs, soit par vos commentaires ou vos messages privés pour les secrets ou les douleurs. Vous avez choisi de me le raconter à moi. Parce que ce que j'ai dit vous a touché, fait rire, que vous vous êtes reconnu(e)s. Ça, je dois vous l'avouer, ça me fout la larme à l’œil. Pire que quand j'épluche des oignons.

 

 

Elle est loin, l'époque des blogs de Skyrock, des textes écrits en arc-en-ciel avec des smileys pour chaque mot. Aujourd'hui, les blogs sont devenus des sites, des lieux d'échanges, de conseils, de rigolade, de morve au nez.

Quand j'ai décidé de me remettre à l'écriture, je ne savais pas vraiment où j'allais. Si le thème était clair, la forme l'était moins.


 

Pourquoi je blogue?

 

Je voulais faire partager mon quotidien de future maman, puis de maman. Ce que j'ai aimé et ce qui m'a fait hérisser le poil (des jambes) (oublie pas que j'ai le poil hirsute). J'aime vous confier mes pensées, lire vos réactions, vos témoignages. Quand je sors, je prends en photo chaque chose qui me surprend, me fait rire ou me dépasse pour la partager avec vous (et ma bouffe aussi, viens sur Instagram, on salive bien). Bref, j'adore partager mes tranches de vie avec vous.

Et si, en prime, je peux vous organiser des concours, c'est le Nutella sur la tartine (le gâteau et la cerise, c'est has been).

 

On n'oublie pas les Lauriboxs pour les 300 fans (alors on invite les copines) (non ceci n'est pas un message subliminal)

 

Grâce à ce blog et grâce à vous, à vos lectures, vos réactions, j'ai renoué avec l'écriture et je commence doucement à prendre mes marques. A tel point qu'une nouvelle vocation est née, et qu'un joli projet est en cours...

 

 

 

Longtemps, je me suis posé la question de l'anonymat. Je ne veux pas que mon nom soit associé à ce blog, mais certaines personnes savent qui je suis. Je ne voulais pas exposer nos trombines et pourtant, je recadre de moins en moins, on aperçoit un œil, une bouche... Je pensais que ne pas se montrer entretenait le mystère et l'envie d'en découvrir toujours plus.

Mais aujourd'hui, je me rends compte que j'en sais beaucoup sur vous. Je peux associer des visages, des noms, des vies. Et ce n'est pas juste que ça soit à sens unique. Aujourd'hui, pour vous remercier d'être là, de parler de ce que j'écris, de partager, de m'encourager (et autres rimes en -ER), je voulais lever la burqa le voile.

Très certainement qu'à partir de maintenant vous en saurez plus sur moi, sur nous. J'espère ne pas en perdre en cours de route, j'espère que vous vous sentirez plus proche de ce que j'écris, qu'on continuera de se marrer et de dire des conneries (et des gros mots).

 

 

 

 

 

La prochaine étape, c'est la photo de ma jambe velue.

 

 

 

Laurie, démasquée